Biodiversité: Faire des prédictions à l’échelle mondiale sur les espèces de plantes (à protéger )!

Tela Botanica – Publié le 2019-01-15

En décembre 2018, Tara Pelletier, Bryan Carstens, David Tank, Jack Sullivan et Anahí Espíndola publiaient ensemble un article intitulé « Predicting plant conservation priorities on a global scale ». Leur nouvelle technique permet de réaliser des prédictions quant aux espèces végétales menacées et ainsi aider à définir les priorités en matière de conservation.

Le statut de conservation de la majorité des espèces de plantes est aujourd’hui inconnu, malgré la place fondamentale des plantes dans les écosystèmes. Pour faciliter la définition des priorités en matière de conservation, une équipe de chercheurs de l’Université d’État de l’Ohio a développé un protocole de prédiction utilisant le machine-learning pour définir le statut de conservation d’environ 150 000 espèces de plantes. Cette étude utilise des données open-source concernant la géographie, l’environnement et la morphologie des plantes.

Les résultats suggèrent que plus de 15 000 espèces sont probablement considérées comme quasi menacées, vulnérables, en voie de disparition ou gravement menacées.

Cette approche permettra aux défenseurs de l’environnement et aux chercheurs d’identifier les espèces les plus menacées et de déterminer les zones géographiques dans lesquelles ces espèces sont fortement concentrées.

« Les plantes constituent l’habitat de base dont toutes les espèces dépendent. Il était donc logique de commencer par elles », a déclaré Bryan Carstens, professeur en évolution, écologie et biologie des organismes au sien de l’Université de l’Ohio. « Souvent, en matière de conservation, les gens se concentrent sur les gros animaux charismatiques, mais c’est l’habitat qui compte. Nous pouvons protéger tous les lions, les tigres et les éléphants que nous voulons, mais ils doivent avoir un endroit où vivre. »

«L’état de conservation de la plupart des espèces de plantes est actuellement inconnu, malgré le rôle fondamental des plantes dans la santé de l’écosystème. Pour faciliter le processus coûteux d’évaluation de la conservation, nous avons développé un protocole de prévision utilisant une approche d’apprentissage automatique pour prédire l’état de conservation de plus de 150 000 espèces de plantes terrestres. Notre étude utilise des données de caractéristiques géographiques, environnementales et morphologiques en accès libre, ce qui en fait la plus grande évaluation des risques pour la conservation à ce jour et la seule évaluation mondiale pour les plantes. Nos résultats indiquent qu’un grand nombre d’espèces non évaluées sont probablement en péril et identifient plusieurs régions géographiques ayant le plus grand besoin d’efforts de conservation, dont beaucoup ne sont pas actuellement reconnues comme des régions préoccupantes. En fournissant des prévisions pertinentes pour la conservation à de multiples échelles spatiales et taxonomiques, les cadres prédictifs tels que celui développé ici répondent à un besoin pressant de science de la biodiversité. »

carte tela botanicaCette carte montre les niveaux de risque prévus pour plus de 150 000 espèces de plantes réparties dans le monde. À l’aide de vastes quantités de données en accès libre, les chercheurs ont formé un algorithme d’apprentissage automatique afin d’attribuer la probabilité qu’une espèce donnée soit qualifiée pour la désignation «en péril» sur la liste rouge des espèces menacées de la nature. Les couleurs plus chaudes désignent les zones comportant un plus grand nombre d’espèces potentiellement à risque, tandis que les couleurs plus froides désignent les zones à risque global faible prévu. Crédits: Anahí Espíndola et Tara Pelletier