L’ADN environnemental pour étudier des espèces menacées



Une grenouille de couleur brune sur du lichen.Un spécimen de grenouille-à-queue côtière, étudié par les chercheurs de l’Université de Victoria. Photo: Université de Victoria
Radio-Canada

Des chercheurs de l’Université de Victoria ont utilisé une technique moins invasive qui permet d’étudier les espèces menacées, sans interagir directement avec les animaux. Ils se servent d’échantillons d’eau pour détecter l’ADN de toutes les espèces qui s’y sont trouvées récemment.

Caren Helbing, professeur en biochimie et microbiologie à l’Université de Victoria, soutient qu’actuellement, les techniques traditionnelles pour détecter la présence d’un animal dans un environnement impliquent d’être sur place et d’observer l’animal en personne.

« Comme nous, les animaux perdent de leur peau et laissent de leur ADN dans leur environnement immédiat, explique-t-elle. Avec un simple échantillon d’eau, nous pouvons déterminer avec précision combien d’individus étaient présents à cet endroit. »

Caren Helbring compare la technique à celles utilisées en criminologie, pour trouver de l’ADN humain sur une scène de crime.

Des recherches plus efficaces

Les chercheurs ont testé la pratique avec une espèce de grenouille menacée dans l’Intérieur de la Colombie-Britannique. Ils ont réussi à confirmer la présence de la grenouille-à-queue côtière dans 76 % des étendues d’eau qu’ils ont visité, en seulement cinq jours.

« Avec les techniques d’étude traditionnelles, il faut quatre ans d’étude pour obtenir un taux de détection de 8 % », explique Caren Helbring.

Les chercheurs croient que le procédé pourrait permettre d’accélérer les évaluations environnementales de certains projets, et d’améliorer l’efficacité des recherches sur l’habitat des espèces menacées.

L’étude des chercheurs de l’Université de Victoria et de leurs partenaires à la firme de consultants Hemmera Envirochem Inc., financée en partie par le gouvernement de la Colombie-Britannique, a été publiée dans le journal scientifique en ligne PLOS ONE (en anglais seulement)(Nouvelle fenêtre).