Les entreprises productrices de cacao ont failli à leur promesse de mettre fin à la déforestation en Afrique


Par enviro2be.com – Publié le 2019-04-08

Les grandes entreprises chocolatières n’ont pas tenu leur promesse faite il y a un peu plus d’un an d’empêcher que des forêts d’Afrique de l’Ouest soient détruites pour la production de cacao.

Des sociétés comme Mars ou Hershey ont rejoint les actions des gouvernements de la Côte d’Ivoire et du Ghana pour lancer l’« Initiative Cacao et Forêts » à la fin 2017. Cette initiative promettait de stopper la production et l’approvisionnement en cacao en provenance des forêts protégées.

« Il est très difficile de transformer un secteur du jour au lendemain »

Malheureusement, des images satellites de la région cacaoyère du sud-ouest de la Côte d’Ivoire ont montré que la même quantité de forêt avait été perdue au cours des 12 mois qui ont suivi la promesse, a annoncé le groupe Mighty Earth qui a lancé campagne.

« Je m’étais attendue à ce que la déforestation se poursuive, car il est très difficile de transformer tout un secteur du jour au lendemain, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il continue exactement comme avant », a déclaré l’auteur du rapport de Mighty Earth, Etelle Higgonet.

Si la déforestation se poursuit sans relâche, la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, risque de perdre tout son couvert forestier d’ici 2034, selon les défenseurs de l’environnement.

Malgré tout, y mettre un frein est un véritable défi. Le cacao produit sur ces terres assure la subsistance de centaines de milliers d’agriculteurs et de leurs familles.

La terre étant rare, les agriculteurs pauvres n’hésitent pas à étendre leurs récoltes dans les forêts ou les parcs pour augmenter leurs revenus.

L’ONG Mighty Earth a enregistré 13 748 hectares de déforestation – équivalant à 15 000 terrains de football – dans la région du sud-ouest de la Côte d’Ivoire entre novembre 2017 et septembre 2018.

Selon Etelle Higgonet, cela avoisine le chiffre de l’année précédente qui était de 14 827 ha.

L’ONG n’a pas été en mesure d’obtenir des données aussi précises pour le Ghana, mais a observé manque d’implication similaire dans ce pays.

Différents sons de cloches

De son côté, la World Cocoa Foundation (WCF), le groupe industriel derrière l’« Initiative Cacao et Forêts », a déclaré que des rapports récents montrent qu’il y a eu des progrès dans les parcs nationaux et les forêts classées.

« Notre priorité immédiate a été de mettre un terme à la déforestation dans les zones les plus importantes et les plus sensibles sur le plan écologique, et nous sommes encouragés de voir des résultats positifs en moins d’un an», a déclaré le président de la WCF, Richard Scobey.

La plupart des points chauds récemment touchés par la déforestation se trouvent dans des zones rurales en dehors de forêts protégées, ce qui est légal, mais toujours dommageable pour l’environnement, a-t-il déclaré à la Fondation Thomson Reuters.

Mighty Earth a également accusé les entreprises consommatrices de cacao de ne pas tenir leur engagement d’arrêter d’acheter du cacao provenant des parcs nationaux.

La Côte d’Ivoire a estimé que 40% de son cacao provient d’aires protégées.

Voir le dossier complet de mightyearth, suivre le lien :

http://www.mightyearth.org/wp-content/uploads/Chocolate-Report_english_FOR-WEB.pdf