« Barry, Olam, Cargill, Sucden, Touton »: détiennent 80% du cacao ivoirien à l’export


Par comodafrica.com – Publié le 2019-05-02

Le visage cacaoyer ivoirien continue de se métamorphoser.

Ainsi, pour éviter qu’il y ait défaut d’exécution sur des contrats internationaux, comme cela a été le cas sur près de 500 000 tonnes (t) de fèves durant les campagnes 2016/17 et 2017/18, obligeant les autorités ivoiriennes à se substituer aux opérateurs défectueux, ce qui a coûté au pays FCFA 300 milliards (€ 456 millions), les autorités ont autorisé cette année les entreprises multinationales à acheter des contrats à risque auprès d’exportateurs locaux.

« Contrairement aux deux années précédentes, cette année nous avons évité les contrats en défaut parce que le CCC a réagi rapidement en octroyant à d’autres (exportateurs) des contrats à risque « , a expliqué mardi un exportateur, une analyse confirmée par des responsables du Conseil du café-cacao (CCC), rapporte Reuters.

Les cinq grands exportateurs en Côte d’Ivoire – Barry Callebaut, Cargill, Olam, Sucres et Denrées, Touton – ont acheté tous les contrats potentiellement à risques, selon les sources du CCC qui préfèrent garder l’anonymat. En conséquence, cette année, ces cinq entreprises détiennent 80% des contrats à l’export contre moins de 60% ces deux dernières campagnes.