ICCO : Réponse à l’initiative de l’UE visant à intensifier la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts


Par Véronique Paré pour lahuun.com – source ICCO – Publié le 2019-06-02

Le Conseil international du cacao, réuni à Abidjan en Côte d’Ivoire le 12 avril 2019, a publié le communiqué suivant:

LE CONSEIL INTERNATIONAL DU CACAO,

1. Reconnaissant la contribution du secteur du cacao à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD); et en tenant compte de la nécessité d’équilibrer de manière égale les piliers économique, environnemental et social des ODD;

2. Considérant que les forêts sont indispensables pour résoudre le problème du changement climatique;

3. Considérant que de nombreux membres exportateurs d’ICCO ont mis en place des programmes et des politiques nationaux visant à lutter contre la déforestation et à favoriser le reboisement;

4. Notant que le secteur agricole est l’un des principaux moteurs de la déforestation et que l’impact du cacao est important dans certains points chauds de la déforestation;

5. Reconnaître que la déforestation est un problème mondial qui nécessite une solution globale.

6. Prenant note de l’initiative de l’UE visant à intensifier les actions contre la déforestation et la dégradation des forêts;

7. Considérant que l’amélioration des revenus et des conditions de vie des producteurs de cacao doit être intégrée dans les politiques de lutte contre la déforestation;

8. reconnaissant qu’il est important de maintenir l’accès au marché des exportations de cacao vers l’Union européenne et une consommation durable, ces initiatives ne constituant pas une restriction déguisée au commerce international;

9. Considérant que le cacao peut effectivement jouer un rôle clé dans le processus de restauration des forêts, l’environnement de croissance du cacao favorisant les systèmes agroforestiers et la présence d’arbres d’ombrage;

10. Rappelant qu’une des recommandations de la Déclaration de Berlin est de mettre fin à la déforestation et de promouvoir la protection et la restauration des forêts;

11. Considérant que l’un des objectifs de l’Accord international sur le cacao (ACI) de 2010 est de fournir un cadre approprié pour les discussions sur toutes les questions relatives au cacao entre les gouvernements, ainsi qu’avec le secteur privé et la société civile;

12. Notant en outre, conformément aux termes de l’article 43 de l’Accord international sur le cacao (ACI) de 2010, que les Membres feront tout le nécessaire pour parvenir à une économie cacaoyère durable;

13. Après avoir dûment pris en compte l’avis du Comité consultatif de l’économie mondiale du cacao.

Résout :

14. De charger le secrétariat de l’ICCO de prendre toutes les mesures appropriées pour établir un dialogue avec l’Union européenne et les autres pays importateurs d’ICCO, en vue de créer une plate-forme permettant à toutes les parties prenantes concernées de l’économie cacaoyère mondiale de s’unir et de renforcer leurs activités et leurs actions communes sur la question de la déforestation;

15. Encourager les pays membres d’ICCO à mettre en œuvre des politiques et des pratiques garantissant la protection de l’environnement, y compris des mesures de lutte contre la déforestation et le reboisement, la protection des sols et des systèmes agroforestiers, et à contribuer à leur mise en œuvre.

16. Encourager l’Union européenne à renforcer son dialogue politique et sa coopération avec les pays exportateurs de produits de base en développant des approches adaptées tenant compte des défis de développement rural spécifiques à chaque pays, tels que les législations sur la foresterie et le régime foncier rural;

17. Rappeler à l’Union européenne que l’écosystème du cacao joue un rôle important dans le reboisement des zones touchées et dans l’amélioration de l’équilibre naturel de son environnement social et économique.

18. Renforcer le partenariat avec les pays producteurs afin de soutenir financièrement et techniquement les politiques et programmes nationaux visant à lutter contre la déforestation;

19. œuvrer à l’amélioration des conditions de vie et de la productivité des agriculteurs, en tant que moyen de réduire la pauvreté dans les communautés rurales à moyen terme, ce qui contribuera aux efforts de lutte contre la déforestation;

20. Encourager les paiements aux producteurs pour les services environnementaux fournis, dans le cadre de la lutte contre la déforestation et des actions en faveur du reboisement;

21. Travailler avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux ainsi que ses membres afin de mobiliser des fonds pour la mise en œuvre de politiques et d’actions de protection des forêts et de leur réhabilitation.