Pérou : Une solution douce à la pauvreté


Par Annie O’Connell pour borgenproject.org – Publié le 2019-07-14 – Traduit de l’Anglais par V. Paré

La situation du Pérou dans les tropiques denses de l’Amazonie est controversée. Alors que l’environnement fournit l’eau et le soleil nécessaires pour faire pousser efficacement les cultures, de fréquentes catastrophes naturelles détruisent les terres mêmes que cultivent les agriculteurs péruviens. La destruction de la fève de cacao est une préoccupation majeure des agriculteurs ruraux. Voté en tant que fournisseur du meilleur chocolat noir au monde en 2017, il est impératif que les fèves de cacao prospèrent car elles apportent une solution à la pauvreté au Pérou.

La pauvreté au Pérou

Le gouvernement péruvien a enregistré un taux de pauvreté de 21,7% en 2017, soit 1% de plus que l’année précédente. C’est la première fois en seize ans que le taux de pauvreté augmente au Pérou, laissant 6,9 millions de personnes dans des conditions d’instabilité économique et d’incertitude future. Les personnes vivant dans les zones rurales sont les plus touchées car le cadre urbain constitue une palette énergétique de nouvelles opportunités d’emploi et de militantisme.

L’agriculture de cacao au Pérou

La fève de cacao offre une solution à la pauvreté au Pérou, en particulier pour les personnes démunies ayant accès à de vastes vallées en croissance. Ce pays d’Amérique du Sud figure parmi les plus riches en biodiversité du monde. Cela donne une teneur en sol riche qui offre un potentiel prometteur pour une croissance du cacao de haute qualité. De plus, le climat du Pérou est l’un des rares à favoriser la croissance de diverses espèces de cacao. Certaines variétés communes incluent les fèves de cacao trinitaires, étrangères et créoles d’Amazonie.

Les agriculteurs péruviens ont profité de ces éloges environnementaux pour devenir l’un des plus importants producteurs de cacao au monde. Le cacao exporté à partir de sites de culture péruviens a augmenté de 424% entre 2001 et 2007. Au cours de ces mêmes années, les bénéfices à l’exportation sont passés de 0,2 à 11 millions de dollars. Ce chiffre ne comprend pas la marge bénéficiaire péruvienne des produits à base de cacao, notamment le beurre de cacao, les boissons alcoolisées, les pâtes, les enveloppes et la poudre de cacao.

Le gouvernement péruvien a reconnu les avantages considérables tirés de la production de cacao. La politique nationale élaborée après l’augmentation des niveaux de pauvreté en 2017 montre que le gouvernement est particulièrement attentif à la production de cacao et espère renforcer sa distribution en tant que solution à la pauvreté au Pérou.

L’une de ces politiques inclut l’élimination des fermes de cocaïne illégales et l’offre de terres aux producteurs de cacao. Les États-Unis ont récemment démontré leur soutien à cette stratégie. En 2018, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a rejoint la Commission péruvienne pour le développement et une vie sans drogue (DEVIDA), ainsi qu’une multitude d’entreprises privées au Pérou.

Le gouvernement américain a associé ces agriculteurs à une nouvelle base internationale grâce à laquelle ils peuvent s’attendre à un rendement prospère de leurs délicieux haricots. Les terres agricoles renouvelées offrent en outre de nouvelles possibilités aux personnes sans emploi, car il faut d’innombrables mains pour récolter avec soin la fève de cacao.

Que réserve l’avenir?

À la suite des efforts conjugués déployés par le Pérou et les États-Unis pour protéger et distribuer les fèves de cacao péruviennes, l’USAID a prédit que l’exportation de cette fève par le Pérou ferait plus que doubler d’ici 2021. Un nouveau partenariat avec les États-Unis établira également milliards de l’industrie américaine de la confiserie. Ces statistiques suggèrent que les taux de pauvreté au Pérou, en particulier dans les zones rurales, vont à nouveau commencer à baisser.

La fève de cacao continuera de faire sourire des visages à travers le monde. Tant qu’il y aura une soif de délicieux chocolat noir du Pérou, il y aura une opportunité d’emploi pour une personne vivant dans la pauvreté. La valeur de la fève de cacao ne peut donc guère être sous-estimée et, alors que l’instabilité économique est un problème ardu et persistant, la production de fèves de cacao constitue une solution douce à la pauvreté au Pérou.