L’Amérique latine envisage à son tour d’augmenter le prix minimum de son cacao


Par Jean Gecit pour commodafrica.com – Publié le 2019-08-30

Il semblerait que la Côte d’Ivoire et le Ghana, les deux géants du cacao, aient inspiré certains pays d’Amérique latine dans leur politique de fixation des prix.

A l’initiative du Pérou, les principaux exportateurs d’Amérique latine (Pérou, Colombie, République Dominicaine et Equateur) envisagent de revoir à la hausse leur prix minimum et de fixer aux alentours de $ 3 200 minimum la tonne de cacao, souligne Reuters.

« Le prix minimum devrait être de $ 3 200 la tonne »,

souligne Luis Mendoza, président de l’Association péruvienne des producteurs de cacao (APPCACAO). Un objectif de prix bien supérieur aux $ 2 600 la tonne demandés par le Ghana et la Côte d’Ivoire et qui serait justifié par la qualité supérieur des fèves latino-américaine qui représente – rappelons-le – 18 % du marché mondial.

Cette démarche présente une issue incertaine tant l’obtention de ce prix minimum nécessite un plafonnement de la production afin d’endiguer tout risque de surproduction et surtout une harmonisation à l’échelle régionale des prix et des stratégies de commercialisation.

Ceci témoigne toutefois du changement qui s’opère actuellement sur la scène mondiale des producteurs de fèves.