Alerte !: danger d’extinction du cacao endémique du Chiapas et de Tabasco


Par rotativo.com.mx – Publié le 2019-09-19- Traduit de l’Espagnol.


Le cacao cultivé il y a plus de cinq mille 500 ans par les populations autochtones du Chiapas et de Tabasco, considéré comme exotique et d’une très grande valeur économique et culturelle pour le Mexique, pourrait disparaître sous l’effet du programme gouvernemental Sembrando Vida , qui importe des plants transgéniques d’Équateur.

Le président de la Confédération nationale des organisations agricoles et forestières (Conoraf), Armando Rendón Barrera, a déclaré à Notimex que les plants importés d’Équateur arrivaient au Mexique avec des parasites et des maladies.

  « Le plus grave, c’est que c’est une plante transgénique et qu’elle achève une culture aussi importante que le cacao », a déclaré Rendón Barrera. « 

Le président Andrés Manuel López Obrador n’est pas informé de ce qui se passe avec le programme Sembrando Vida. »

Le producteur et exportateur d’agrumes et de corossol à Veracruz et à Campeche a déclaré qu ‘ »à cette époque » le programme Sembrando Vida « n’a pas fourni les fruits attendus et qui ont de nombreux problèmes ».

Il a assuré que le coordinateur du programme Sud-Est, Hugo Chávez, importait le plant de cacao d’Equateur, bien qu’au Mexique «nous puissions produire le plant, car ici nous avons tout et cela créerait même des emplois, plus que ce que le propriétaire dit. président.  » Rendón Barrera a estimé que

« le plus grave, c’est que c’est une plante transgénique et qu’elle met fin une culture aussi importante que le cacao, qui est endémique, originaire de ce pays et plus âgée que le maïs ».

“Le cacao qui est produit au Chiapas n’est produit nulle part ailleurs. Il est considéré spécifique pour sa variété et ses couleurs mais il est menacé de disparaître. C’est un crime a déclaré Rendon Barrera

Il a déclaré que les populations autochtones qui produisent du cacao dans ces deux États du sud-est du Mexique recevront 4500 pesos pour 2,5 hectares en échange de la coupe de leurs arbres.

« Je leur dis de ne pas le faire car ils mettent fin à la tradition d’une culture en utilisant une plante transgénique, importée d’Équateur, par les autochtones eux-mêmes », a déclaré le producteur.

Le dirigeant a déclaré que dans le cadre de son travail à Conoraf, le 25 septembre, la signature d’un accord avec le gouvernement autochtone devrait préserver le cacao traditionnel et endémique.

«Le cacao est une culture indigène et nous voulons la faire progresser. La déclaration du programme stratégique national visant à réaliser cette culture sera faite », a déclaré Rendón Barrera.

«Il est encore temps d’arrêter et d’empêcher de porter atteinte à cette culture. Parce que ce serait irréversible et nous en aurions fini avec une culture vieille de 5000 ans

invite le gestionnaire.

« Vous vous sentez impuissant lorsque vous découvrez ce qui se passe (…). Si nous ne faisons rien pour cette culture, les producteurs n’auront d’autre choix que d’accepter ces nouvelles variétés et ce serait très malheureux », a déclaré Rendón Barrera.

Il a expliqué que les deux plus importants États producteurs de cacao sont le Chiapas, avec environ 1 200 hectares de cacao, et le Tabasco, environ 600 hectares de cette culture. Oaxaca et Veracruz produisent également du cacao, mais à plus petite échelle.

Rendón Barreda a réitéré que le risque de cacao endémique dans le sud-est du Mexique serait imputable au programme Sembrando Vida. « Bien sûr », a-t-il déclaré, soulignant que l’idéal serait que ce programme « soit basé sur la science et la technologie, quelque chose ne peut être planté ou semé s’il n’y a pas d’étude derrière pour connaître la vocation de la terre ».

« Nous ne pouvons donc pas nous tromper, si nous importons la technologie d’un autre pays sans faire d’étude de sol, ce sera un échec »

estime Rendon Barrera.