Huile de palme : L’Indonésie porte plainte contre l’Union européenne et sa politique « discriminatoire »


Par 20minutes.fr avec agences – Publié le 2019-12-18

JUSTICE Le pays, premier producteur mondial d’huile de palme, considère que les décisions européennes nuisent à son commerce.

L’Indonésie a décidé de poursuivre l’Union européenne en justice devant l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) pour la politique « discriminatoire » que l’UE mène contre l’huile de palme. L’annonce a été faite par le ministère indonésien du commerce.

Cette plainte pourrait déboucher sur une bataille commerciale entre l’UE et l’Indonésie, premier producteur mondial d’huile de palme. La requête a été officiellement envoyée pour consultation le 9 décembre dernier, a expliqué le ministre du Commerce dans un communiqué dimanche.

La Malaisie menace aussi

L’UE a tendance à rejeter l’huile de palme à cause de son impact environnemental, notamment à cause de la déforestation. Dans le cadre de la directive « Red II », elle a décidé que le biocarburant à base d’huile de palme n’entrera pas en compte dans les objectifs fixés par l’Europe concernant l’utilisation d’énergies renouvelables en 2030, ce qui devrait aboutir à restreindre son usage.

La Malaisie, deuxième producteur mondial d’huile de palme, a aussi brandi la menace d’une plainte devant l’OMC contre l’UE. La ministre malaisienne en charge du secteur de l’huile de palme a indiqué ce lundi qu’elle se rendrait en Europe en mars et qu’aucune procédure ne serait enclenchée avant sa visite. « Je veux donner une chance à mon déplacement et voir si on peut éviter de porter plainte devant l’OMC », a-t-elle précisé.

Une huile très mal vue

L’Indonésie a déjà essayé plusieurs voies de négociations bilatérales avec l’UE, sans trouver d’accord, selon le directeur général des négociations commerciales internationales indonésien. « Nous avons besoin de réaffirmer [notre] position vis-à-vis de la politique européenne », a-t-il indiqué pour justifier la plainte devant l’OMC.

L’huile de palme est l’huile végétale la plus utilisée au monde. Mais elle est aussi très critiquée pour la déforestation qu’elle entraîne en Asie du Sud-Est, et est vue comme l’une des plus grandes menaces pour la biodiversité tropicale.