Le changement climatique s’invite plus que jamais dans les dix crises et conflits oubliés


Par Nathanaël Charbonnier pour franceinter.fr – Publié le 2020-01-

C’est un baromètre inhabituel que l’ONG Care publie ce mardi pour la quatrième année consécutive : le classement des crises et conflits les moins médiatiques dans le monde. On y trouve Madagascar, le Burundi, la Corée du Nord ou encore le Burkina Faso et on constate que le climat est à l’origine de beaucoup de crises.

Parmi les dix crises et conflits dont on parle le moins, dont la liste est établie chaque année par l’ONG Care sur la base du nombre d’articles écrits sur internet, on trouve Madagascar, mais aussi le Burundi, la Corée du Nord, la Zambie ou le Burkina Faso. Dix pays où les populations souffrent de conflits locaux, de crises politiques mais aussi du changement climatique.

Au cœur du continent africain, en Zambie, le climat est source de crises. Dans le sud, le taux de pluie enregistré est le plus bas depuis l’année 1981. Les céréales ne poussent plus, si bien que les habitants sont obligés de manger des racines. 40 % des enfants de moins de cinq ans ont un retard de croissance. 2,3 millions de personnes auraient besoin d’aide. Le défi est énorme. Care explique avoir pu intervenir pour moins de 100 000 personnes.

On pourrait croire le Kenya épargné, avec le développement du tourisme et ses images de safari. Erreur : là encore, la situation se dégrade. L’augmentation de la température de la mer entraîne des sécheresses de plus en plus fortes. En 2019, on parle de 20 % de précipitations en moins dans le pays, notamment dans sa partie occidentale, si bien que plus de 1 million de personnes n’ont pas accès quotidiennement à de la nourriture et que 500 000 enfants souffrent de malnutrition.

C’est Madagascar qui arrive en tête du classement des pays oubliés

Madagascar où le phénomène El Niño rend la vie impossible, notamment dans le sud. Davantage de sécheresse, moins d’eau, des cyclones plus violents et des conséquences dramatiques dans un pays où la population vit essentiellement de l’agriculture.

On compte 2,6 millions de personnes touchées et plus de 900 000 qui dépendent directement de l’aide alimentaire. »

Les moyens déployés ne sont rien comparés à ceux qu’il faudrait pour pouvoir venir en aide à la population. Stéphane Sénia, le directeur de l’ONG Care pour le pays, revient pour France Inter sur cet accablant constat.

FRANCE INTER : Quelle est la situation sur place à Madagascar ? 

STÉPHANE SÉNIA : « Aujourd’hui, face aux impacts des changements climatiques, Madagascar est particulièrement affecté notamment par des sécheresses importantes et des niveaux de pluies beaucoup plus faibles qu’il y a plusieurs années. Le nombre de cyclones qui impactent le pays est en augmentation aussi. Au total, ce sont près de 2,6 millions de personnes qui sont touchées aujourd’hui. Et parmi cette population, qui dépend énormément des ressources naturelles, dont l’agriculture, on a plus de 900 000 personnes qui ont besoin d’assistance alimentaire. »

Concrètement, quelles sont vos actions ? Comment intervenez-vous sur le terrain ? 

« Sur le terrain, les équipes de Care sur le terrain n’ont aujourd’hui pas beaucoup d’activités. Mais ce qui est important, c’est la façon dont elles ont travaillé durant les derniers mois jusqu’à fin 2019. En renforçant les capacités des populations à faire face à ces crises, notamment avec la distribution de semences qui sont adaptées aux nouvelles conditions climatiques. Des semences qui peuvent résister à la sécheresse qui nécessitent moins d’eau. Nous nous sommes aussi efforcés d’aider les populations à anticiper ces crises avec la mise en place de systèmes d’alerte et des réponses en cas de cyclones ou en cas de catastrophes naturelles.

« Mais le manque de visibilité de ces crises fait que les financements sont très, très faibles. Il est donc difficile aujourd’hui de mettre en place des réponses et de financer des interventions d’ampleur susceptibles de répondre à la situation dramatique que nous vivons. »

Madagascar fait partie des pays cités dans le rapport de Care sur les pays oubliés. C’est un sentiment que vous ressentez sur place ?

« Madagascar apparaît sur cette liste pour la deuxième année de suite. Ce qui, sur le terrain, se traduit par le fait que l’on a très peu de visibilité financière et très peu de financements qui arrivent pour permettre, d’une part, de répondre aux besoins immédiats quand il y a des crises urgentes, mais aussi de prévoir des interventions sur le long terme qui permettraient de changer cette situation, ou tout simplement d’apporter une aide concrète aux populations pour accompagner les changements.

Nos projets d’intervention sur le long terme se sont temporairement terminés il y a quelques mois. Il serait important de pouvoir continuer, avec d’autres partenaires – il n’y a pas que Care sur le terrain, il y a d’autres intervenants et associations.

« Il serait important de pouvoir continuer à soutenir les populations, à être plus résilient, être capable de faire face à ces crises et à s’adapter à ces nouvelles conditions. »

Le changement climatique est un thème très à la mode dans le monde, mais il est important de rappeler qu’il a des conséquences à Madagascar, un pays très affecté. Il faut pousser les gouvernements à agir sans attendre, à mettre en place des actions qui permettraient d’inverser la tendance. Et aussi à débloquer des fonds pour venir en aide aux populations impactées. Pour cela, on attend des médias qu’ils relaient nos actions sur le terrain. »

On peut dire que la situation se dégrade ? 

« Oui, on peut observer que la situation se dégrade depuis près de dix ans. On observe notamment que le manque de pluie dans le grand sud du pays a de plus en plus d’impact et affecte de plus en plus les populations. C’est très régulier. Tous les ans, au moins un ou deux districts sont affectés par une sécheresse et les populations n’ont plus assez de moyens pour vivre. »

Selon vous, quelles sont les actions d’urgence à mettre en œuvre pour inverser la tendance ?

« Globalement, il est important que les dirigeants prennent conscience que le changement climatique est là. Que les actions à mettre en place pour renverser la tendance en termes de changement climatique sont vraiment importantes.

« Il faut continuer à supporter les populations, à les aider à s’adapter au changement climatique, à anticiper les problèmes pour éviter dégâts, drames et drames humains. »

 

%d blogueurs aiment cette page :